Tourisme International

Blog Tourisme

février 05, 2019

Mirleft, une perle de l’Atlantique

Blog Tourisme

“Homme libre, toujours, tu chériras la mer !” Baudelaire.

C'est l'une des régions qui séduisent tant des touristes marocains et étrangers, notamment dans la période estivale. De par la diversification de son relief et la beauté de ses plages, Mirleft s'impose comme l'une des stations balnéaires les plus prisées du Maroc. Elle dispose d'énormes potentialités touristiques encore sous-exploitées.

Située sur la route côtière qui relie Aglou Plage à Sidi-Ifni au long de somptueuses côtes, Mirleft dispose d’une variété de paysages naturels résultant de la coexistence de la montagne et de la mer. Le littoral présente à lui seul une grande diversité, car il regroupe une panoplie de plages éblouissantes (Imin'Tourga, Aftas, Sidi Mohamed Ben Abdallah, Tamahroucht, Sidi Lwafi, Ftaissa) ainsi que de magnifiques falaises rocheuses et grottes. En 2018, Imin'Tourga a figuré parmi les 21 plages marocaines ayant décroché le label Pavillon bleu.

Sports et détente

Mirleft est connue des touristes qui optent pour le dépaysement et la nature sauvage, en particulier dans la période qui s’étend à partir du mois de novembre jusqu’à mai, et qui coïncide évidemment avec l’hiver européen. En effet, comme nous explique Lamia, gérante d’un petit hôtel convivial au centre du village : "la majorité des visiteurs proviennent d’Europe: Les Français sont au premier rang suivis des Allemands, des Anglais puis des Espagnols". Les surfeurs et les parapentistes trouvent ici un climat doux, propice aux sports aquatiques et à la pêche. De nombreuses familles arrivent également accompagnées de leurs enfants pour profiter du soleil généreux de Mirleft qui dure presque toute l’année.

Richesse paysagère et patrimoniale

La richesse du terroir (huile d'argan, figues de barbarie, plantes médicinales, miel) et des ressources halieutiques sont également des atouts de cette destination. S'ajoute à cela une cohabitation harmonieuse entre la population locale et les étrangers résidents à Mirleft. Les habitants de ce village sont connus pour leur bonté et leur esprit ouvert.

Un patrimoine historique menacé

Mirleft, Sidi Ifni et d'autres régions du sud du Maroc conservent de nombreux quartiers et de monuments d'architecture militaire qui remontent à la période coloniale espagnole au XXe siècle (1934-1969). Beaucoup de ces vestiges, dotés d'une charge historique et culturelle importante, sont actuellement abandonnés, voire en ruines. La disparition de ce patrimoine, témoin d’une période aussi récente que marquante de l'histoire du royaume sera une véritable perte pour la région. Les autorités locales ainsi que le ministère de la Culture sont alors invités à prendre en charge la restauration, la préservation et la mise en avant de ce patrimoine de valeur.