Hospitality Management

Blog Tourisme

février 25, 2019

Entreprendre en hôtellerie indépendante : les étapes à suivre

Blog Tourisme

De nos jours, l’industrie du tourisme est l’une des plus prospères: l’engouement croissant que les gens, à travers le monde, ont pour le voyage se traduit par une croissance annuelle des plus élevées, ayant atteint son apogée, en 2017, avec un taux de 7 %. Toutefois, les investissements dans le secteur touristique ne sont pas systématiquement voués au succès.

Même en France, première destination touristique au monde, un nombre de 7.255 lieux d’hébergement et restauration ont fait faillite, en 2018, d’après la Banque de France ; ce qui en fait le troisième secteur le plus touché par les faillites du pays.

Afin d’assurer la viabilité économique d’un établissement d’hébergement, l’entrepreneur doit élaborer un business plan sans faille. Comment s’y prendre ? La réponse est dans l’article.

L’étude du marché

Avant de concevoir votre projet d’hôtel, il est essentiel d’analyser le contexte, tant local que national, dans lequel votre projet évoluera, notamment sur les plans :

  • Economique (coût de la main d’oeuvre, disponibilité de compétences, potentiel touristique local et national, etc.) ;

  • Juridique (législation en vigueur cadrant l’activité d’hébergement, choix de statuts juridiques, types de contrat de travail, éventuelles modifications de lois, etc.) ;

  • Environnemental (concurrence, acceptation sociale et culturelle de l’activité, impact potentiel sur la communauté locale, etc. ) ;  

  • Financier (options de financement, taux de remboursement d’un emprunt…)

Ainsi, l’étude de marché est une étape incontournable, car elle permettra à l’entrepreneur de cadrer son projet en identifiant les opportunités ainsi que les risques à prendre en compte.

La gamme hôtelière et la segmentation du marché

La gamme de prix au sein de laquelle évoluera le projet doit être évaluée. Dans le monde de l’hôtellerie, le choix de la gamme se base sur les critères et les standards de luxe, ainsi que l’emplacement géographique. L’objectif de la segmentation consiste à définir la clientèle que l’on souhaite attirer. Elle peut être identifiée en fonction de plusieurs critères, dont :

  • les caractéristiques socio-démographiques ;

  • le pouvoir d’achat ;

  • la nationalité ;

  • les intérêts : culture, véganisme, sport, exotisme, etc.

Une fois cette niche déterminée, il est important de bien comprendre ses attentes en termes d'accueil, de services, de communication… afin d’y répondre le plus efficacement possible.

L’importance de l’avantage compétitif

Une fois le segment à cibler identifié, il faut réfléchir à l’avantage compétitif que votre projet peut proposer, afin de répondre à une demande précise et, ainsi, se positionner sur un marché concurrentiel. En effet, l’entrepreneur devra mettre en avant un concept afin de se différencier de la concurrence (par exemple : l’hôtel “vegan” au cœur d’une métropole, ou un “boutique hôtel” à la londonienne) ; ou encore miser sur l'attractivité prix.

Business plan et financement

Afin de pouvoir convaincre des investisseurs (banques, fonds d’investissement, particuliers, etc…) de miser leur argent sur votre projet d’hôtel, il est important que votre business plan soit solide, exhaustif et parfaitement conforme à la réalité du marché. Toutefois, votre personnalité et confiance en soi sont tout aussi décisives dans la persuasion de vos futurs bailleurs de fonds. Vous devez, d'abord, gagner leur confiance.

La forme juridique et les démarches administratives

Chaque entreprise peut choisir le statut juridique qui correspond au mieux à son mode de gestion. Dans l’hôtellerie, les statuts les plus courants sont la Société à responsabilité limitée (SARL), l’Entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée (EURL), et la Société anonyme simplifiée (SAS). Ces formes juridiques ont pour avantage commun de protéger le patrimoine personnel de(s) associé(s), c’est-à-dire qu’en cas de faillite, le patrimoine personnel des propriétaires ne pourra être saisi2.

Il est à noter que la principale différence entre ces trois statuts est le régime du/des dirigeant(s). Le statut d’auto-entrepreneur, quant à lui, n’est pas adapté au secteur de l’hôtellerie.

L’entrepreneur doit comparer les dispositions fiscales, juridiques et comptables de chaque forme afin d’identifier celle qui présente le plus d’avantages en fonction du nombre d’employés et du (C.A) chiffre d’affaires prévus pour son entreprise.

Finalement, pour s’assurer d’être dans les règles et pour finaliser un projet d’hôtel, il est obligatoire d’immatriculer sa société (pour un hôtel, auprès du registre du commerce et des sociétés), de déclarer l’hôtel à la préfecture, de détenir les licences obligatoires pour la vente de boissons alcoolisées (si besoin), et de faire une demande d’autorisation préalable de travaux.

 

1-  Site de la banque de France consulté le 22/02/2019 : https://www.banque-france.fr/statistiques/chiffres-cles-france-et-etranger/defaillances-dentreprises

2- Site https://www.entreprises-et-droit.fr/tableau-comparatif-des-societes-sarl-eurl-sas-sasu-sa-snc/